Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie). Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Alain Ughetto
Interdit aux chiens et aux Italiens : Film obligatoire pour tous !
Sortie : 15 mars 2023
Article mis en ligne le 21 mars 2023

par Delphine Freyssinet

Synopsis : Début du XXe siècle, dans le nord de l’Italie, à Ughettera, berceau de la famille Ughetto. La vie dans cette région étant devenue très difficile, les Ughetto rêvent de tout recommencer à l’étranger. Selon la légende, Luigi Ughetto traverse alors les Alpes et entame une nouvelle vie en France, changeant à jamais le destin de sa famille tant aimée. Son petit-fils, Alain, retrace ici leur histoire.

Points particuliers :

  • Film en stop motion (marionnettes animées)
  • Multi récompensé au Festival international du film d’Annecy et au Festival Cinemamed
  • Musique de Nicola Piovani

“Film obligatoire pour tous” : c’est bien évidemment une boutade, nulle obligation d’aller voir ce film d’animation, mais franchement, vous risquez de rater une sacrée pépite qui vous fait monter les larmes aux yeux, le rire dans la gorge, et l’envie de déplacer des montagnes.

Les montagnes, justement, comme celles que franchissent Luigi et Gesira (la merveilleuse Ariane Ascaride lui donne sa voix), les grands-parents d’Alain Ughetto, au début du 20ème siècle avec leurs enfants.
Ils en auront 7 au fil des années mais tous ne survivront pas (Ida et Nino, mourront jeunes ; l’une de maladie, l’autre, d’un accident)
En attendant, pour nourrir la famille, il faut se décider à quitter Ughettera, le village perché dans les montagnes du Piémont.
La guerre (1911, Libye), les deux guerres mondiales, la grippe espagnole (la moitié du village est décimée) frappent cette famille qui ne demande qu’à travailler, vivre de ses mains, faire tous les sacrifices pour posséder, un jour, un lopin de terre.

Ce film très personnel d’Alain Ughetto est évidemment un hommage à sa famille, mais on y reconnaît aussi un salut admiratif au dur labeur des “petites gens”, celles et ceux que l’Histoire oublie de citer dans sa construction.

Le propos est âpre, rêche, dur, mais il est porté par une délicatesse, une douceur et une poésie confondantes.
Comment résister à ces cœurs formés par les ricochets ?
Car dans cette misère, ces conditions de faim, de froid, il y a cet amour qui réchauffe les cœurs.
Celui d’un père, revenant de la guerre, et que ses enfants ne reconnaissent pas. La paix revenue, il leur invente des histoires, en mimant des ombres chinoises au mur, tous les soirs pour les endormir.

Un film d’une poésie, d’une liberté, et d’une inventivité attendrissantes et réjouissantes : les arbres sont en brocolis, les murs sont en morceaux de sucre, les maisons sont creusées dans des courges (comme les champignons-maisons des Schtroumpfs) et les montagnes sont en charbon (ou presque).
Et puis, impossible de résister à l’ immixtion espiègle d’Alain Ughetto lui-même dans le film, donnant un outil à sa grand-mère, ou tendant la main pour récupérer et enfiler une chaussette grandeur nature qu’elle vient de repriser.

Alain Ughetto précise avoir réalisé ce film pour donner du courage aux générations après, comprenez ces immigrés qui comme ces “macaronis” du début du 20ème siècle, sont venus en France pour un avenir meilleur, oui, mais d’abord pour avoir une chance de survivre, là où dans leur pays la mort était la seule option.

Un formidable hommage familial doublé d’une ode à la transmission - celle des souvenirs et de la dignité - vibrante, passionnante et bouleversante.



Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4