Bandeau
CINECURE
L’actualité du cinéma

Cinécure est un site appartenant à Charles Declercq et est consacré à ses critiques cinéma, interviews sur la radio RCF Bruxelles (celle-ci n’est aucunement responsable du site ou de ses contenus et aucun lien contractuel ne les relie). Depuis l’automne 2017, Julien apporte sa collaboration au site qui publie ses critiques et en devient le principal rédacteur depuis 2022.

Emmanuele Crialese
L’Immensita : immense Pénélope Cruz
Sortie : 11 janvier 2023
Article mis en ligne le 17 janvier 2023

par Delphine Freyssinet

Synopsis : Rome dans les années 1970. Dans la vague des changements sociaux et culturels, Clara et Felice Borghetti ne s’aiment plus mais sont incapables de se quitter. Désemparée, Clara trouve refuge dans la relation complice qu’elle entretient avec ses trois enfants, en particulier avec l’aînée, Adriana, née dans un corps qui ne lui correspond pas, et qui préfère se faire appeler du prénom masculin Andrea. Pour le père, tout est de la faute de Clara qui n’a pas su élever correctement sa fille. Se moquant des conventions, Clara va insuffler de la fantaisie et transmettre à ses enfants le goût de la liberté, au détriment de l’équilibre familial.

Casting : Pénélope Cruz (Clara), Luana Giuliani (Adriana/Andrea), Vincenzo Almato (Felice), Patrizio Francioni (Gino), Maria Chiara Goretti (Diana)

Point particulier : Emmanuele Crialese a confié s’être inspiré de sa propre enfance de garçon né dans un corps de fille

On aurait tort de résumer le film d’Emmanuele Crialese, chronique sensible et délicate inspirée de son enfance, à une simple question de genre. Elle est importante, c’est vrai, mais ce n’est pas le thème central.

L’Immensita est plutôt le portrait intemporel d’une femme fantasque étouffée par le patriarcat et qui aborde l’amour/rejet maternel, la violence conjugale et la dépression avec beaucoup de subtilité.

Le film s’ouvre sur une scène d’une fantaisie joyeuse qui nous plonge immédiatement dans les liens très forts qu’entretient Clara avec ses 3 enfants. Une femme qui met toute son énergie à “faire comme si tout allait bien”, autant pour les encourager à vivre leurs rêves que pour oublier sa solitude d’épouse trompée par un mari austère et autoritaire.
Et elle détonne, Clara, dans ces années 70 où ses belles-soeurs mettent des gifles à leurs enfants pour un oui pour un non, et voient d’un mauvais oeil sa fantaisie, sa spontanéité, et son imagination. Trop libre, trop belle, trop décalée. Tout comme Valeria Golino, dans Respiro, le gros succès d’Emmanuele Crialese il y a 20 ans.

Clara adorée par ses enfants mais qui les embarrasse également, quand elle les rejoint sous la table lors d’un repas de fête familiale.

Une adulte qui a du mal à trouver sa place, tout comme sa fille aînée, Adriana “Adri”, une adolescente qui se cherche et veut être considérée comme un garçon. C’est sous le prénom d’Andrea qu’elle se présente à une jeune gitane du voisinage, et l’exploration de ses premiers émois amoureux est traitée avec beaucoup de pudeur et de sensibilité.

La gravité et la mélancolie douces de ce film sont rehaussés par une belle patine d’image, alternant entre les couleurs vives, chatoyantes inhérentes aux décors des seventies, et le noir et blanc des intermèdes musicaux.
Ces séquences, fantasmes d’Adri - qui nous replongent dans la pop italienne des années 70 (Adriano Celentano) - ne sont d’ailleurs pas superflues ou incongrues puisqu’elles soulignent l’admiration et l’amour profond qu’éprouve “Adri” pour sa mère, des sentiments qu’elle ne parvient pas toujours à lui montrer dans la vie réelle, ou alors avec maladresse.

Dans ce rôle complexe d’”Adri”, Luana Giuliani est tout simplement sidérante de justesse, absolument formidable.

Que dire de Pénélope Cruz ? L’actrice espagnole dont on connaît pourtant depuis longtemps le talent, arrive encore à nous surprendre par la finesse et la variation de son jeu.

L’immensita nous touche immensément en montrant la force du lien entre une mère et sa fille, toutes deux ovnis dans ces années 70 corsetées et patriarcales.

Un film lumineux malgré sa tristesse, d’une beauté et d’une pudeur bouleversantes.



Au hasard...

Ne passez surtout pas ce “Second tour”
le 2 novembre 2023
L’homme le plus heureux du monde
le 5 février 2023
The Wild Goose Lake (Le lac aux oies sauvages)
le 13 janvier 2020
Kiki la petite sorcière (1989) : La Kiki de toutes les Kiki
le 17 février 2020
MADELEINE COLLINS : UN THRILLER DE L’INTIME
le 1er mars 2022
Les feuilles mortes : Un hymne à l’amour bouleversant au charme désuet
le 2 novembre 2023
Drunk : Ils partiront dans l’ivresse
le 20 juillet 2021
The “Fall Guy” : le divertissement qui tombe à pic
le 24 avril 2024
Jojo Rabbit : L’humour ne nous pose pas de lapin
le 3 février 2020
Love Lies Bleeding : un polar féministe supermusclé
le 25 juin 2024
Juste ciel : mon Dieu...
le 20 février 2023
Adieu Sauvage : un documentaire bouleversant, d’une beauté à couper le souffle
le 9 novembre 2023
“Une des mille collines” : Un documentaire très fort et un peu dérangeant sur le génocide des Tutsis au Rwanda
le 15 janvier 2024
Le bleu du caftan : Un triangle amoureux magnifiquement tissé
le 29 mars 2023
Ali & Ava : L’amour envers et contre tous
le 3 avril 2022
Interdit aux chiens et aux Italiens : Film obligatoire pour tous !
le 21 mars 2023
Un amour de cochon : copains comme Chonchon
le 13 mars 2023
Club Zero : Tout ce qui est (bonne) chère est rare
le 28 mai 2024
Vers un avenir radieux : à défaut de lendemains, un cinéma qui chante
le 10 juillet 2023
Le procès Goldman : portrait d’un homme insaisissable dans un procès sous tension captivant
le 3 octobre 2023
Mentions légales Espace privé RSS

2014-2024 © CINECURE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 5.1.4